• Neige

     

    Neige

     

    Blanche est la lune
    Aussi ronde que la terre
    Blanche en hiver

    Comme un linceul
    Etend ses lueurs diaphanes
    En douce écume

    Ciel gris perlé
    Arrose de gouttes blanches
    L'étang gelé

    Ombres dociles
    Tes pétales argentés
    Couvrent les toits

    Temps immobile
    Repose sur les douleurs
    Peurs en exil

    La nuit se pose
    Entre le gris et le blanc
    En grand silence

     

     

    ***

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •  

    Chere Pair Nouel

     

    Chere Pair Nouel,

    ça fé mintenant un an que je vou zai envoillé ma lette et jattend toujour la raiponse. C'é enbétant si vou raipondé mintenant pace que j'en é pu besouin depui que j'é un ordinateure et que je fé dénorme progrèsse alor, le ditionnaire i'n servira pu a gran choze, vu que jean é trouvé un vachmant bien sur un ternette. .Quan jécri, si cé pas ça, i souligne le mot en rouge, dayeur, jean voi plin pisque je vou zécri sur vorde.
    Et pi, de toute fasson, je vou zavé comandé un rober mais, depui cet année, je quife les fille . alor, j'auré préféré la rousse qui é bin pu magniable mai come je vou zé di, cé pu la peine.

    Come jé comencé a apprendre le latin pace que le françai i vien du latin, si cé pa tro vou demandé, j'émeré bien un ditionaire de latin. Faite gaffe iau temp qui passe vite pace que l'année pase vite pace que lannée prochaine , je conte étudié le greque pace que le franfrançai, i vien du greque aussi et si vou zoublié encore de répondre a ma lette je prendrè du retar sur mé zétude et le retar ça pardone pa ça se ratrape pa. Si vou zen navé pu et qui faut que je n'achtète, dite le moi, je gagneré du temp.
    Le coli, ne sera pa nécésaire de le fignolé pace que ce qui mintéraisse, cé pa lembalage.
    Je vou quitt Chere Pair Nouell, jé wiki en ligne. Ma lette cliniote comme un sapin de Noël et ça lé affole
    Je vou pri dagréer, Chere Pair Nouel, mé distingué homage.

    Signé
    Jean Narpeur-Derien

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Amusez-vous bien  et retrouvez les références des dictionnaires:

    Larousse, Robert, Quillet, Gaffiot, Collins, Happer, Hachette....

     

     

    ***

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Mon florilège de petits poèmes d'amour

     


    Je n’ai pas su vous dire
    La couleur des fougères
    Encore moins leurs reflets
    Au profond de vos yeux

    Mais je ne saurai taire
    Cette épine qui geint
    Chaque fois que je vois
    S’enfuir une hirondelle

    ....................

    Je n’ai pas su vous dire non
    J’ai même oublié votre nom

    ....................

    J’avais cueilli des simples
    Aux fragrances trop fortes
    Dans les chenets consument
    Les restes d’amours mortes

    ....................

    L’oiseau sur la margelle
    Trille si tristement
    Un amer tremblement

    ...................

    Ma porte à tous les vents s’ouvre sur la rumeur
    Qui ne laisse passer la feuille encore vierge
    Du pourpre des saigneurs.
    Pourtant mon cœur héberge
    Un pinson qui fluette au seul bruit d’un passeur

    ....................

    J’ai payé de baisers
    Le chauffeur en livrée,
    Ceux que j’avais gardés
    Depuis mai dépassé

    ....................

    Quand les mots font si peur
    Rendant l’amour aveugle
    Il faut attendre l’heure
    Où la nuit se dépeuple

     

    ***

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Le vin chaud

    Le buveur Viktor Olivia

     

    Le vin chaud

     

    Il se fait tard
    Allons, mon ami, viens,
    La lune fera la guet !
    La corne s'évertue
    Et la brume déplie
    La vague dévêtue.

    Cette écume frémissante,
    Dentelle ébouriffée,
    Ce n'est pas une robe ballottée au rocher,
    Non, ce n'est pas sa peau blanche
    Qui gémit sous les lames,
    Ce sont tes sanglots qui t'étranglent
    Ce sont tes larmes qui ruissellent
    Des brisures de malheur.

    Allons, viens chez Angèle !
    Allons boire le vin chaud qui pleure
    Les rêves et les peines
    Et sur les cordes des guitares,
    L'amour qui saigne jusqu'à plus d'heure.

     

     

    *

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Bord de Loire

     

    Bord de Loire

     

    Le bruit mou du fleuve paresseux
    Sous la brume florale du petit matin.
    Les arbres répandent un crépuscule vert
    Et le vent léger agite la poussière des feuilles.
    Sur la rive, une maison jaunâtre, à la verrière noircie,
    Comme un tableau fraîchement peint.
    Deux novices lisent dans un jardin d’hortensias.
    La Loire, de son lit, fait sécher ses draps,
    Où s’enlisent des périssoires.
    Et sur son bord un porche
    Surmonté d’une croix forgée dans le fer
    mène aux îlots de marbres décorés.
    Dans cet enclos aux allées de sable de la rivière,
    Qu'il est doux d’y laisser son père
    Entouré de si nombreux parents .

    *

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires