• Mort in fine

                                                                     Acrylique Louis Lemée

     

     Tu n'auras pas assez du temps qu’on effiloche à la lueur des falots

    tant de fois démembrés par les houles répétées usant les souliers,.

     

    Hier, les frayeurs ont fui affolées par la félicité

    Demain, aux sournoises attaques, elles reviendront  en bourrasques.

     

    Tu l’auras ton brouet tiédi au vent de bise

    Et tes mains squelettiques s’agiteront au bord de ton assiette.

    Tu racleras les dernières miettes sur ta denture déchaussée.

    Tes lèvres dégonflées, devant le danger, dériveront  vers le gouffre du mutisme.

     

    Imperceptible sera la sueur qui s’amoncelle sous la peau

    laiteuse et transparente

    Où meurt le grenat des veines refroidies.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires