• Au clair de jour

     

    Au clair de jour

     

    Au clair de jour


    Nuage a glissé sur la brume
    Son duvet était noir de pleurs
    Pierrot a craint qu'il n'eut un rhume
    Et qu'aux étoiles il ne fit peur.

    Tout doux ! Pourquoi tant de grisaille ?
    C'est l'heure où les terriens font trève.
    Ils n'ont que faire de mitraille
    Bien avant que l'aube se lève.

    Vois - la lune disait ainsi -
    Vois ces astres au firmament
    Ils aiment défier le vent
    Et se suspendre à l'infini.

    Quand, de la terre, les amoureux
    Ferment les yeux et font un vœu
    Ils leur envoient des étincelles
    Et font des nœuds dans leurs cheveux

    Mais si tu pleures ils ne pourront
    Cueillir au ciel tous les serments
    Peut-être même ils ne verront
    Que mauvais présage et tourment.

    Nuage ravala ses larmes
    Et du croissant s'est approché
    En implorant la blanche dame
    Que sur son toit vienne jucher

    Au clair de jour j'ai vu la lune ;
    Elle embrassait nuage blanc
    Toute la nuit lui fit hommage
    De sa douceur et de ses dunes.

     

     

    *

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Novembre 2014 à 16:01

    je me sens toujours petit devant tes poèmes et ne sais que dire : alors je me tais et écoute la lune soupirer.

     

    dominique

    2
    Lundi 3 Novembre 2014 à 08:58

    Oh! Tu sais, c'est  Pierrot qui m'a prêté sa plume! C'est "mon" muse!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :