• Chez moi c'est tout petit

    Chez moi c'est tout petit

                                                                                                                                      Jean-Pierre Sauvage

     

     

    Quelques brins d'herbe, entre les dalles se poussent vers la lumière.

    Contre le mur, allongée, une échelle accroche les liserons.

    Dans les fissures, les lézards guettent, les chats aussi.

    Un broc sèche après la dernière pluie, dans l'attente de la prochaine.

    Des tuiles, fatiguées, sont descendues à terre, estropiées à vie.

    C'est depuis une pierre haute que l'on voit, embroché, le vieux coq du clocher.

    Contre le seuil, un balai pour chasser les mouches et les miettes de pain.

    La porte grince sur ses gonds faisant trembler la vitre et tomber la poussière.

    Les pavés usés de l'entrée font un nid-de-poule.

    Au milieu une table, comme un autel nappé de blanc et en son centre, un dessous de plat.

    Au-dessus de la vieille cuisinière, dos au mur, les passoires et les louches sont disposées en batterie.

    Sur une étagère, quelques pots chapeautés sont alignés sagement du plus grand au plus petit

    Et puis, un coucou est venu nicher dans l'horloge...Il ne chante plus, il n'a plus de ressort.

    Tournant le dos à la table, un crapaud fatigué tend mollement ses bras aux bûches rougeoyantes

    Tandis que sur le tapis, le chat, d'un oeil, surveille les escarbilles et joue à saute-mouton.

    Près du bahut recouvert de plantes rustiques, le piano est ouvert sur un prélude de Bach,

    Et puis des livres montant et descendant les étagères ayant  quitté les quais de Seine ou les fourbis des brocanteurs semblent se plaire parmi des tortues  et des statues en plâtre.

    Un coin de guéridon pour poser les coudes quand, fatiguée,  je m'absente du décor.

    Reste un recoin pour le lit où la toile jouit d'un édredon fait de plumes qui crèvent la fine  batiste

    Et volettent autour d'une carafe

    Un soleil oranger se couche sur le rebord de la fenêtre tandis que la maison  à cette heure, embaume la camomille.

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Août 2016 à 18:32

    de retour?

    la description d'une maison simple mais pleine de vie encore

    je n'ai pas compris "où la toile jouit d'un édredon fait de plumes..."

    dominique

     

      • Jeudi 4 Août 2016 à 22:27

        Bonsoir, Dominique,

        J'avais renoncé à continuer de publier devant les difficultés techniques qui paraissaient difficiles à surmonter. Eklablog s'est rappelé à mon bon souvenir dernièrement. Suis allée y faire un tour et, Ô miracle ttous les spams qui encombraient mes pages ont disparu et j'ai tenté (avec succès, donc), une nouvelle publication.

         

        Je suis sûre que vous connaissez la "toile de Jouy", très utilisée en linge de maison et autres tentures qui sont ornées de dessins champêtres d'une seule couleur généralement. J'ai voulu faire un jeu de mots avec "jouir" mais ce n'est pas probant, on dirait.

        Fidèle au poste, à ce que je vois. Merci d'être venu.

        Amicalement

         

         

         

         

      • Vendredi 5 Août 2016 à 08:56

        Oui je connais la toile de Jouy.

        Les spams sur la page ont peut-être disparu si vous utilisez par ailleurs un logiciel anti publicité comme AdBlock.

        Je suis toujours fidèle au poste mais avec votre blog je me suis "contenté" de m'abonner à la "newsletter"

         

        bonne journée

        dominique

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Aurélie
    Dimanche 7 Août 2016 à 13:10
    Contente de te lire à nouveau ! C'est assez paisible...j'aime beaucoup l'image des tuiles et la présence du coin de guéridon....
      • Dimanche 7 Août 2016 à 20:28

        Salut Aurélie! On me suit à la trace, dis donc! Tu vas pouvoir mettre tes écrits ici comme cela je me sentirai moins seule.

        J'ose avouer que ce n'est qu'un écrit fictif ; On peut vivre à la campagne et avoir de l'humour comme j'ai tenté de le démontrer dans ce texte.
        Moi, j'ai une tendresse pour le chat qui houe à saute-moutons.

        Bonnes vacances!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :