• L'enfant Latour

     

    L'enfant Latour

    peinture de Bruno Amadio

    L'enfant Latour


    Le contrevent balance en gémissant.
    Le lierre s'y cramponne
    Et le vent méchant gifle le carreau
    Zébré d'obliques gouttes de plomb
    Brouillant les larmes de l'enfant
    Qui dessinait un arc-en-ciel.

    Sur le châlit la vieille mère murmure :
    Prends un abri, bergère, laisse tes blancs moutons,
    De laine plus n'en faut
    Quand la chandelle est morte.

    Latour, prends garde
    Disait le père en titubant.
    Derrière chez nous y'a un étang
    C'est là qu'il dort depuis longtemps.

    C'était il était une fois
    L'enfant poussa comme un chardon.
    En descendant dans son jardin
    Une poule sur le mur
    Se moqua de son briquet.

    L'aiguillon n'a pas passé
    Pas la peine de r'commencer.
    Latour s'en ira t'en guerre
    Puis il sera porté en terre
    Loin du châlit et de l'étang.

    Au clair de la lune
    Mon ami Latour
    Dessine des plumes
    Et ne dit plus mot.

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :