• Ombre

    Ombre

    Jacob Isaacks van Ruisdel ; peinture hollandaise. musée national de Tokyo

     

    Ombre

     

    Un arbre, à demi-mort, sous le lierre frissonne,
    Offre sa tête chauve et secoue ses bras nus
    Boit les derniers rayons qui ne nourrissent plus
    Ses veines tant trouées, son corps creux qui résonne
    Comme un tambour-chagrin quand les boeufs s'y encornent.
    Il écorce ses ans , craque sous l’ ouragan
    Les jeunes chênes-verts ne craignent pas la viorne,
    Etalent, insolents, leur bruissant habillage,
    Happent tout l'or du soir et rient jusqu'aux hameaux.

    Riez tant qu'il est temps, ne dure le ramage.
    Il faut vous étourdir avec les étourneaux.
    Quelques saisons encor pour plaire aux jouvenceaux
    Et votre ombre pliera sous la coupe du temps.
    Le tendre lit moussu sèchera sur vos pieds;
    Vos membres craqueront sous le mal lanscinant
    Et d'ombre n'aurez plus à offrir aux troupeaux
    Quand ils s'en vont, le soir, chercher les frais ruisseaux.
    Sur vos rameaux noircis se figera la buse,
    Sentinelle drapée de lumière diffuse.

     

     

    ***

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :