• Par grand vent

    Par grand vent

    F.Aubry de Montdidier

     

    Par grand vent

     

    Tes habits sont devenus trop vastes où le grand vent s'engouffre.
    Toujours une tempête pour en chasser une autre.
    Et voilà qu'un jour comme aujourd'hui,
    Lasse de t'arrimer à la terre,
    Lasse de tirer sur les jours pluvieux
    Un jour que même le vent peut soulever ton maigre corps,
    Les unes après les autres,
    Tu écartes les branches qui cachaient les nuages,
    Tu attrapes l'un d'eux. Etrangement,
    C'est avec aisance que, prenant ton envol, tu deviens mousseline,
    Si douce, si légère que les zibelines et les ours blancs s'en parent la frimousse.
    Le soleil a beau faire,
    S'habiller de bleu ou de rose
    Faire mûrir les pommiers
    Miroiter sur les étangs ou les océans
    Ou bien s'endormir comme un enfant sur le bord de l'horizon,
    Rien ne te fera revenir, maman.

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Septembre 2014 à 23:48

    magnifique et étrange tableau.

    idem pour le poème

    Cela me rappelle une photo ancienne.

    Dominique

    2
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 00:00
    Un texte très émouvant
    3
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 06:04

    Bonjour Ardence,

    Texte très émouvant, comme quoi un jour chaque être prend son envol dans l'infini et nous nous restons là attendant notre tour...

    Superbe, émotion, tendresse...

    Merci Arcence

    Pivoine

    4
    Vendredi 19 Septembre 2014 à 17:12

    Merci à vous tous pour votre fidélité sur mes poésies: Dominique, Sedna et Pivoine.

     

    Bien amicalement,

    ardence

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :